On l’appelle Western Digital, WD ou WDC, pour Western Digital Corporation, mais cette société américaine a été créée en 1970 sous le dernier nom cité pour fabriquer du matériel informatique.

Les abréviations WD ou WDC ont suivi pour référencer les produits sortis pour la firme et, notamment, à partir de 1988, sa spécialité de disques durs.

Installée en Californie, à Irvine, l’entreprise emploie maintenant pris de 100.000 personnes à travers le monde. Elle a d’ailleurs racheté, en 2011, le département disques durs d’Hitachi, lui cédant 10% des actions de Western Digital Corporation, puis, fin 2015, SanDisk, afin de se développer dans le secteur de la mémoire flash, véritable complément et, certainement, avenir de la sauvegarde pour ordinateurs.

Forte de ces rachats, c’est en position de leader que la gamme des disques durs Western Digital se place avec une part de marché qui avoisine les 50%.

C’est d’ailleurs l’une des marques les plus recherchées par les assembleurs d’ordinateurs qui reconnaissent, dans cette enseigne un gage de sérieux, de solidité et de fiabilité. Or, qui ne souhaite pas voir les données confiées à son ordinateur bien au chaud, avec un risque le plus proche de zéro de les perdre ?

On retrouve alors des solutions de stockage aussi bien internes qu’externes sous la marque WD. En externe avec des références aussi bien pour PC que pour Mac, des modèles pour PC de bureau ou pour ordinateurs de bureau tels que MyPassport ou MyBook, se déclinant en connexion filaire ou Wi-Fi.

Et des solutions internes, là aussi pour PC ou pour Mac, d’autres pour portables, et certains pour des DataCenters, pour NAS, pour la surveillance. Des modèles en 3,5” ou en 2,5”, mais aussi des solutions de Cloud.

Abonnement à la newsletter